Les loyautés, Delphine de Vigan

Résumé:

Les destins croisés de quatre personnages : Théo, enfant de parents divorcés ; Mathis, son ami, qu’il entraîne sur des terrains dangereux ; Hélène, professeure de collège à l’enfance violentée, qui s’inquiète pour Théo ; Cécile, la mère de Mathis, qui voit son équilibre familial vaciller. Une exploration des loyautés qui les unissent ou les enchaînent les uns aux autres.

Un ptit mot sur le livre:

Tout d’abord je remercie Elise des éditions JCLattès pour l’envoi de les loyautés. C’est un roman choral, assez court et du coup je l’ai lu en un rien de temps hier soir. Il était depuis quelques temps dans ma PAL. Les loyautés est roman est court mais à la fois captivant, haletant et dérangeant… Et une fois commencé, impossible de le lâcher.

Les loyautés c’est l’histoire de Hélène qui s’inquiète pour Théo, son élève de douze ans et demie.
Et puis Théo, qui a des parents divorcés et vit en garde alternée. Deux ennemis, deux mondes, deux langues différentes. Un gamin plus intelligent que ses parents, donc pire pour lui.
Hélène, une enfance maltraitée, un père sadique, une mère qui préfère ignorer.
Sans oublier Mathis, l’ami inséparable de Théo. Et Cécile, sa maman n’approuve pas la relation, surtout que d’autres problèmes plus graves se pointent à l’horizon.

Au départ, Hélène, professeur, remarque que son élève Théo a l’air perturbé. Elle s’inquiète et, ayant connu de la maltraitance dans son enfance. Elle veut intervenir au-delà des limites imparties aux professeurs. Mais Hélène va se heurter à l’incapacité du système scolaire à gérer ces situations de détresse sociale.  Les loyautés c’est celle du petit Théo qui essaie d’être loyal à la fois à son père et à sa mère. Ce qui représente un véritable défi en raison des conflits exacerbés entre le père et la mère. Mais c’est aussi la loyauté à son enfance de la professeure de collège qui est, de par son vécu, particulièrement sensible aux soupçons de maltraitance.

Tous ont un lien entre eux, tous se reconnaissent instinctivement dans la brutalité de leur quotidien. Que ce soit Hélène qui soupçonne de la maltraitance chez Théo, lui-même vivant un enfer dans le secret de la cellule familiale fracturée. Que ce soit Cécile, qui voit son mariage prendre l’eau, tout en restant suffisamment attentive à son fils Mathis entraîné à mentir par amitié, face à son ami en détresse.

Dans les loyautés, Delphine de Vigan décrit la souffrance des enfants perdus des parents en crise. Et les difficultés des adultes qui veulent les protéger contre leur milieu et contre eux-mêmes.  De plus, l’intrigue est centrée sur quelques personnages en souffrance. Et montre comment les difficultés des adultes de l’entourage peuvent perturber et détruire les enfants – de jeunes adolescents en l’occurrence.

En peu de pages, les loyautés parle de beaucoup de choses de manière juste. Alors la construction du roman n’est pas particulièrement révolutionnaire. Il s’agit d’un roman chorale avec quatre personnages. A travers ces quatre personnages, plusieurs thématiques sont abordées. La maltraitance, l’amour maternel, le couple, l’amitié., l’éducation et Internet. Sans spoiler le roman, il est question entre autres des rapports familiaux lors d’un divorce et de ses conséquences mais il y a aussi ce que l’auteur appelle les loyautés.

Le roman est plutôt court (206 pages), ainsi que les chapitres qui alternent d’un personnage à l’autre. Mais cela donne un rythme soutenu au livre où aucun temps mort n’a sa place. Le langage employé par l’auteur ne se réduit donc pas à la parole. Il y a tout ce mutisme, ces secrets qui entourent les personnages. Cela fait monter la tension ou l’attention du lecteur pour voir jusqu’où elle va aller. J’ai dévoré ce livre, une boule au ventre. Alors oui elle est dure Delphine de Vigan de nous imposer ça. Et pourtant, il faut bien en parler. Sans oublier les couples qui se déchirent, qui se séparent, ça laisse toujours des séquelles chez les enfants.

Et pour conclure:

Les loyautés est un livre contemporain. Et qui traite de problèmes de notre époque. Un livre ancré dans les carences affectives actuelles. Malheureusement je reste sur ma faim. Cela se termine en queue de poisson, plein de questions sur les personnages ne sont pas résolues. Les loyautés est livre qui se dévore mais qui nous laisse pantois ou plus exactement frustrés. Pour autant je ne peux nier comme souvent mon plaisir de la lire,la justesse de l écriture, la complexité des personnages.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez aussi

1 Comment

  1. […] l’envoi de les gratitudes. J’avais beaucoup aimé le précédent roman de Delphine avec Les loyautés. Un aller vers Valence en train et hop je refermais la dernière page de ce livre. Ce roman a été […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge