Les lumières de Cape Code

Résumé

1966, Cape Cod.
 » Tiny  » c’est Christina, la troisième sœur de la famille Schuyler, la plus élégante, la plus douce, la plus parfaite. Mariée à Frank Hardcastle, homme politique très influent, Tiny mène une vie de gala et de cocktails dans les jardins cossus de Cape Cod, où les Hardcastle ont établi leur bastion. Mais alors que Frank est donné favori pour les élections présidentielles, deux événements viennent troubler la vie a priori idyllique de sa belle épouse : c’est d’abord les courriers menaçants d’un maître chanteur ; puis, les retrouvailles inattendues et déstabilisantes avec le vétéran Caspian Harrison, de retour de la guerre du Vietnam. Avec ce premier amour qui réapparaît, c’est tout le passé de Tiny qui ressurgit. Un passé bien moins lisse qu’il n’y paraît, fait de passion, de mensonges, de drames. Et dont l’écho, s’il venait à gronder, pourrait nuire à la réputation irréprochable de toute la famille Hardcastle…

Les sentiments ont-ils une place dans la course au pouvoir suprême ?

Un ptit mot sur le livre

Tout d’abord je remercie Claire des éditions Belfond pour l’envoi de ce roman. Le cercle de Belfond est une collection que j’aime beaucoup. J’ai récemment lu ce soir on regardera les étoiles, un roman magnifique. Dès le départ, j’ai été séduite par cette atmosphère empreinte de l’aura de Jackie Kennedy. On plonge au cœur d’une puissante famille américaine aux ambitions politiques assumées. Dans l’Amérique des années 1960 et d’aujourd’hui, un homme politique visant les plus hautes sphères doit s’afficher au bras d’une douce et jolie épouse.

Les lumières de Cape Code est se déroule dans le milieu des années 60 aux Etats Unis. Tiny Schuyler suit l’éducation que sa mère veut pour elle, meilleures écoles de New-York. Une enfance très favorisée. Elle grandi avec la conscience des classes sociales. Mais elle aurait voulu une mère plus attentionnée à son égard car Tiny est une jeune femme sensible. Et cerise sur le gâteau, elle est fiancée à un beau parti, Frank Hardcastle qui n’a qu’une ambition la Maison Blanche. Mais pourtant, très vite, la réception de lettres anonymes par un maître chanteur et la venue du cousin Caspian, nous laisse supposer que la parfaite Tiny cache bien des secrets…

Avec les lumières de Cape Code, l’auteure nous brosse un portrait très réaliste d’une communauté bien pensante, de cette famille aristocratique dont l’objectif dans la vie est la réussite et de statut social au détriment des sentiments. En toile de fond les années 60 et pourtant le sujet me semble toujours autant d’actualité… On entre alors dans la sphère politique en pleine période de campagne électorale. Ce moment où rien ni personne ne doit venir enrayer les rouages d’un monde à part.

Les lumières de Cape Code, c’est aussi des retours en arrière. Cela nous permet de découvrir plus intensément deux personnages de cette histoire. Tiny et Caspian, le cousin du mari de Tiny qui a compté dans sa vie. Les chapitres s’alternent entre ceux du point de vue de Tiny en 1966 et ceux de Caspian en 1964. Deux époques très proches, mais beaucoup de choses ont changé et on a envie de savoir pourquoi. Ces flash-back nous permettent avant tout de nous montrer à mon sens la véritable Tiny, celle qu’elle était avant de se retrouver prise au piège dans le rôle qu’elle occupe désormais. Une lecture rapide grâce au récit finement construit et à un entrelacement des chapitres. Cet écho entre les deux années permet au lecteur d’avancer pas à pas et de découvrir ce qui lie Tiny à Caspian…

Très émue et touchée par la condition des femmes à cette époque. Ce rôle de femme parfaite qu’elles doivent endosser. J’aime beaucoup les romans où les femmes prennent en main leur destin. Et les femmes sont d’ailleurs très présentes et chacune a son caractère. J’ai particulièrement apprécié la sœur de Tiny, Pepper, qui est dynamique et spontanée. Elle permettra à sa sœur de prendre les bonnes décisions d’ailleurs. Tinny promise a un bel avenir se prête au jeu, en fille soumise aux désirs de sa mère et rêve de devenir la fille et la femme parfaite, pour vivre sa destinée, un rêve qui n’est pas le sien cependant. Elle cherche juste à s’en convaincre.
Sur une grande partie du récit tout tourne autour des questionnements et des doutes de notre héroïne, et sur la rencontre avec Caspian par le passé.

Les lumières de Cape Code c’est fluide et addictif.  On est happé par l’histoire de cette famille et surtout celle de Tiny, notre héroïne. Ce livre m’a fait penser aux sériés américaines genre « Dallas », « Dynastie »… Cette grande famille riche avec leurs pouvoirs et leurs secrets! Il s’agit là d’une belle histoire se déroulant dans les 60’s qui ne vous décevra pas. Pleine de rebondissements et de surprises, il est vraiment difficile de prévoir le dénouement. Et la fin est belle, prévisible bien sur car on l’attend depuis le début mais la façon d’y arriver est plus qu’étonnante.

Et pour conclure

Les lumières de Cape Code nous offre une superbe chronique familiale dans l’Amérique puritaine des années 60. Dans laquelle se mêle habilement amour impossible, manipulations politiques et émancipation féminine. Avec pour toile de fond la bonne société de l’Amérique des sixties, Beatriz Williams livre le magnifique et troublant portrait d’une femme prise au piège de la passion, du pouvoir et du mensonge. De plus j’ai adoré ce roman mêlant intrigue familiale et intrigue amoureuse. Cette magnifique histoire de trahison, d’amour impossible, de secrets de famille et de faux-semblants fera à coup sûr palpiter le cœur des amateurs de grandes et belles sagas romanesques.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Un commentaire sur “Les lumières de Cape Code

  1. Merci pour cette excellente chronique qui nous donne envie d’en savoir un peu plus sur cet ouvrage.
    Je te souhaite une agréable journée.
    Bises de Rhône-Alpes où nous avons un temps gris encore aujourd’hui…
    Bernadette.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge