Premières Lignes #24

Premières lignes c’est un nouveau rendez-vous sur le blog le dimanche. C’est un principe me plait bien. Et je sais que c’est quelque chose que je vais continuer. Souvent dès les premières lignes on sait si on va être dans l’histoire ou non. Retrouver mon précédent Premières Lignes ici.

Premières lignes c’est quoi?

Premières lignes est un rendez-vous initié par Ma lecturothèque. Et le principe est simple, tous les dimanches, je vais vous citez les premières lignes d’un ouvrage. J’aime beaucoup le principe de donner les Premières Lignes d’un roman pour se donner une idée du roman qu’on va lire.

Pour ce 24ème rendez-vous de premières lignes je vous parle du roman que je suis en train de lire. Il s’agit de le jardin de l’oubli de Clarisse Sabard.

 Peu à peu, alors que le train avançait, elle se laissa emplir par la douce certitude que, désormais, sa vie lui appartenait. Elle filait vers son destin, là où rien ni personne ne pourrait plus l’entraver. » 1910. La jeune Agathe, repasseuse, fait la connaissance de la Belle Otero, célèbre danseuse, dans la villa dans laquelle elle est employée. Une rencontre qui va bouleverser sa vie, deux destins liés à jamais par le poids d’un secret. Un siècle plus tard, Faustine, journaliste qui se remet tout juste d’une dépression, se rend dans l’arrière-pays niçois afin d’écrire un article sur la Belle Époque. Sa grand-tante va lui révéler l’histoire d’Agathe, leur aïeule hors du commun. En plongeant dans les secrets de sa famille, la jeune femme va remettre en question son avenir

Premières Lignes 

« L’Aurore nimbait le ciel de couleurs pastel. Les tons rose et de bleu s’entremêlaient. Les premières lueurs du soleil ne tarderaient pas à remplir l’horizon, le disque d’or émergeant lentement de la mer, au loin. Comme tout était calme, en ces premières heures du petit jour! Derrière les fenêtres à clapets encore closes, des familles s’apprêtaient à débuter une nouvelle journée de labeur: ouvrir les boutiques pour les uns, partir travailler au port ou dans des bureaux pour d’autres, rentrer tard, souper, recommencer. Bientôt, poissonniers et marchands de fleurs envahiraient la place du marché. La vie n’était pas facile, il fallait trimer pour gagner sa croûte et espérer se faire une place,mais on faisait avec et si le temp avait été propice à l’introspection, personne ne se serait considéré comme malheureux. »

Rendez-vous sur Hellocoton !

5 commentaires sur “Premières Lignes #24

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge