Le jardin de l’oubli, Clarisse Sabard

Résumé

Peu à peu, alors que le train avançait, elle se laissa emplir par la douce certitude que, désormais, sa vie lui appartenait. Elle filait vers son destin, là où rien ni personne ne pourrait plus l’entraver. » 1910. La jeune Agathe, repasseuse, fait la connaissance de la Belle Otero, célèbre danseuse, dans la villa dans laquelle elle est employée. Une rencontre qui va bouleverser sa vie, deux destins liés à jamais par le poids d’un secret. Un siècle plus tard, Faustine, journaliste qui se remet tout juste d’une dépression, se rend dans l’arrière-pays niçois afin d’écrire un article sur la Belle Époque. Sa grand-tante va lui révéler l’histoire d’Agathe, leur aïeule hors du commun. En plongeant dans les secrets de sa famille, la jeune femme va remettre en question son avenir.

Un ptit mot sur le jardin de l’oubli

Tout d’abord je remercie Mathieu et Caroline des éditions Charleston pour l’envoi de le jardin de l’oubli. Se plonger dans un roman de Clarisse c’est s’assurer de passer un très bon moment lecture. Que se soit avec les lettres de Rose ou la plage de la mariée, elle a le dont de nous concocter des histoires de familles merveilleuses. Avec une facilité déconcertante, l’auteure mélange les époques pour tisser une magnifique et passionnante histoire.

Le jardin de l’oubli c’est l’histoire de Faustine. C’est une jeune journaliste. Elle sort d’une dépression. De plus , elle est brouillée avec sa famille. Alors elle décide de se concentrer sur sur job pour se remettre sur les rails. C’est alors que le magazine pour lequel elle bosse en freelance lui demande de dénicher une histoire inédite sur la région de Nice à la Belle Epoque. Elle part chez sa grande tante dans le sud de la France pour travailler sur un article imposé par son patron. Faustine arrive donc  dans le joli petit village de Caussières, niché au cœur des montagnes, chez sa grand-tante. Pas hyper à l’aise avec les vieilles personnes, Faustine angoisse un peu…

Et au fils des pages, Faustine fait connaissance avec sa grande tante Caroline mais aussi sa compagne Gaby. Puis elle découvre alors un petit havre de paix où il fait bon vivre. Et qui pourrait lui réserver plus d’une surprise. Notamment l’histoire d’Agathe qu’elle va découvrir par hasard et que Caroline va lui raconter… En se plongeant dans le passé de Agathe, Faustine commence à retrouver un sens à sa vie depuis l’adultère de son futur mari. Et c’est en voulant se plonger dans ce passé si particulier qu’elle va déterrer des secrets bien gardés, qui vont changer sa vie à jamais.

Le jardin de l’oubli c’est aussi un voyage dans le temps. On découvre Caussières au XXème siècle. Mais aussi la vie d’Agathe. La mère de Caroline de Faustine qui était proche de la Belle Otero: la cocotte la plus célèbre de la Belle Époque à travers l’histoire de Caroline elle-même. Elles étaient de proches amies. Aussi, nous croisons  La Belle Otero qui est omniprésente tout au long de l’histoire. Cette courtisane du début du XXème siècle devient une véritable personnage qui pimente et sert l’intrigue du début à la fin. J’avoue que je ne connaissais pas cette courtisane et l’auteure a égrainé énormément d’informations nous permettant de mieux cibler cette femme, son passé et sa vie. Et c’est à mon sens ce qui fait la force de ce roman.

Et à chaque retour dans le passé, j’ai voyagé dans cette Belle Époque dont je ne connaissais pas grand-chose. Alors j’ai vraiment suivi avec avidité ce destin si particulier qu’aura Agathe. Cette repasseuse qui veut une vie plus fastueuse et distinguée. Prenant les devants, forçant le destin, elle va réussir à rencontrer les bonnes personnes au bon moment et à s’élever socialement.

Sans oublié les personnages secondaires qui sont vivants, drôles, touchants, réalistes. Des gens qu’on a envie de rencontrer, des gens qu’on a envie d’aimer. Chacun à leur manière apporte quelque chose à nos héroïnes. Tout d’abord, les personnages sont exceptionnels et vrais. C’est moi, c’est toi, c’est nous. Et dans ce livre, elle nous dresse le portrait de femmes hors du commun et ce, peu importe l’époque. Agathe est un personnage haut en couleur que j’ai apprécié suivre à la Belle Époque. Son personnage est tellement bien ancrée que je ne l’imagine même pas vivre dans une autre période. Caroline est un peu la matriarche de la famille. Elle est habitée par des secrets de famille qu’elle n’a jamais dévoilé et elle est rongée par ceux qu’elle ne connaît pas.

De plus les décors décrits par l’auteure nous emmènent là-bas. J’avais l’impression d’être dans ce village, dans la villa, qui sont d’une certaine manière eux aussi des personnages du livres. Clarisse  s’intéresse aussi à la femme, à sa place dans la société, à la bienséance, à la liberté d’être et d’exister, à la femme qui ose s’affirmer, s’affranchir dans une époque qui ne le permettait pas encore.

Alors je vous avoue qu’une fois commencer le jardin de l’oubli il est difficile de le lâcher tant on a envie de savoir le fin mot de cette histoire. Et les pages se tournent à une vitesse folle. Pris dans cette aventure inattendue d’une vie, dans les secrets d’une famille peu ordinaire. Je ne vous cache pas que c’est un peu le cœur gros que j’ai quitté tous ces personnages. L’histoire est pleine de rebondissements, de découvertes et l’on suit le cheminement pas-à-pas, c’est vraiment chouette ! le rythme est vraiment bon, sans fausse note !

Ce que j’ai beaucoup aimé dans le jardin de l’oubli c’est le fait de mélanger deux histoires. Deux époques, deux héroïnes. C’est une construction narrative que j’apprécie énormément en littérature. Et c’est à mes yeux l’un des gros points forts de ce livre. J’ai été complètement charmée par l’atmosphère enivrante et envoûtante imaginée par Clarisse Sabard. Des secrets de famille vieux de plusieurs décennies, une vieille bâtisse à l’abandon et des personnages féminins à fort caractère et déterminés… l’histoire avait tout pour me plaire.

Plus qu’une simple histoire, le jardin de l’oubli est une véritable leçon de vie qui va apprendre à voir la vie différemment. Sous un autre angle, à être plus humble. Plus ouvert aux autres, à être moins superficiel. J’ai souvent eu les larmes aux yeux en lisant ce livre. Et je pense que je serais encore bouleversée pendant quelques temps. J’ai été particulièrement sensible à toutes les thématiques que Clarisse aborde. Il y a les intemporels quête de l’amour, les secrets familiaux. Mais aussi la recherche de ses racines, l’amitié. Sans oublié des thèmes beaucoup plus actuels comme l’exil forcé de personnes pour fuir les atrocités de leurs pays.

Et pour conclure

Le jardin de l’oubli vous ouvre ses portes. Venez vite y trouver les clés pour vivre et ressentir les merveilleux secrets qu’ils s’y cachent et découvrir cette pépite. J’ai adoré cette histoire de famille où l’on navigue entre le passé ,au début des années 1900 la Belle Epoque, et le présent. Une belle intrigue du début à la fin en passant par de belles histoires. On visite l’arrière- pays niçois à travers des personnages très attachants.

Rendez-vous sur Hellocoton !

3 commentaires sur “Le jardin de l’oubli, Clarisse Sabard

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge