Atlantic City, Joy Raffin

Résumé

Portrait en creux d’Amérique en proie au désarroi à l’ère de Trump, « Atlantic City » est aussi un roman universel sur les laissés-pour-compte et une ode au hasard qui tisse nos vies. 

Une ville : Atlantic City, New Jersey, États-Unis. 
Une date : le 22 septembre 2017. 
7h55 : une nouvelle journée commence alors qu’un ouragan s’annonce et menace la ville tout entière. Clarence Gambino, clochard de son état, ouvre le bal d’un chassé-croisé de personnages en prêtant sa voix à des journalistes à la recherche d’un scoop. Suivront un présentateur de radio ringard affublé du ridicule pseudonyme Richard Cheer, une secrétaire médicale malcommode, un médecin humaniste qui joue les Robin des Bois, une lycéenne en quête d’ailleurs… Des personnages cabossés – hommes, femmes, enfants –, aux destins singuliers, mais hantés par le même horizon dévorant. 

Un ptit mot sur Atlantic City

Tout d’abord je remercie Babelio et la masse critique pour l’envoi de Atlantic City. La couverture est juste magnifique. Et elle donne très envie de se plonger dans ce roman. C’est un roman choral. Très agréable à lire grâce à des chapitres assez courts.  Et relatant chacun une scène et un point de vue différent sur la ville américaine d’Atlantic City.

Atlantic City est un très bon roman  où les personnages, tous plus attachants que les autres. Ils attendent avec angoisse la tempête annoncée ce 22 septembre 2017: Rita de son petit nom. Du vieux clochard SDF, à la secrétaire médicale, du docteur à la jeune ado ou encore au journaliste de la radio locale. Tous nous dévoilent un portrait de la ville aux mille casinos. Dirigée par des mafieux, sous la présidence de Trump, qui a certes investi dans cette ville. Mais qui n’a pas emporté la majorité des voix ici dans cette ville.
On découvre l’envers du décor. Loin des paillettes, du bling bling et du rêve américain. Tous sont abîmés par la vie et à l’heure où l’ouragan s’approche, tous rêvent ou ont rêvé de quitter Atlantic City, de vivre autrement autre part.

A travers le récit de multiples personnages lors de l’attente et l’arrivée de la tempête Rita. On suit l’évolution d’une ville et de vies. Le récit regorge de diverses anecdotes sur la ville et entraîne de nombreuses digressions très intéressantes. Chaque chapitre est l’occasion d’une nouvelle voix. Au fil des rencontres se révèlent l’histoire des lieux cultes de cette ancienne station balnéaire. Devenue l’un des centres de l’industrie du casino dans les années 1970. Portraits souvent tristes et désabusés. L’atmosphère est pesante mais l’auteure nous permet avec un style d’écriture simple et des chapitres courts de continuer la lecture de façon tout de même agréable.

Et pour conclure

Pour un premier roman, Atlantic City est très réussi.  Une histoire à plusieurs voix très diverses qui nous content le déclin d’une ville côtière du nord est des États Unis. Atlantic City se déroule sur une journée, ce qui est très bref. Cette construction fragmentée heure par heure est absolument captivante et entraînante. J’ai apprécié cette pluralité de personnages. Avec des conditions de vie, des âges, des valeurs très contrastés qui néanmoins se rejoignent en certains points pour tisser comme une grande toile les reliant tous.

tous les livres sur Babelio.com
Rendez-vous sur Hellocoton !

2 commentaires sur “Atlantic City, Joy Raffin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge