Premières Lignes #40

Premières lignes

C’est un nouveau rendez-vous sur le blog le dimanche. C’est un principe me plait bien. Et je sais que c’est quelque chose que je vais continuer. Souvent dès les premières lignes on sait si on va être dans l’histoire ou non. La semaine dernière il n’y a pas eu de Premières Lignes suite à ma panne de lecture, je n’avais pas commencer de romans. Retrouvez celui de la semaine dernière ici.

Premières lignes c’est quoi?

Premières lignes est un rendez-vous initié par Ma lecturothèque. Et le principe est simple, tous les dimanches, je vais vous citez les premières lignes d’un ouvrage. J’aime beaucoup le principe de donner les Premières Lignes d’un roman. Pour se donner une idée du roman qu’on va lire ou que l’on est en train de lire.

Pour ce quarantième rendez-vous de Premières Lignes je vous parle du roman que je suis en train de lire. Il s’agit de une saison au bord de l’eau de Jenny Colgan. C’est une auteure que j’adore et donc je sais que c’est une valeur sûre.

Sur l’île sauvage de Mure, au nord de l’Écosse, Flora dispose d’un été pour chasser les fantômes du passé et donner un nouveau sens à sa vie. Assistante juridique dans un cabinet d’avocats à Londres, Flora McKenzie était loin d’imaginer qu’il lui faudrait, pour son travail, retourner à Mure, l’île sur laquelle elle a grandi. Une île qu’elle a quittée avec perte et fracas après le décès brutal de sa mère, quelques années plus tôt. Quand elle arrive à Mure pour s’installer dans la ferme familiale, la jeune femme sent très vite qu’elle n’est pas la bienvenue.

Les non-dits et les rancœurs du passé empoisonnent ses relations avec son père, ses frères, mais aussi avec la plupart des habitants du village. Jusqu’au jour où Flora tombe par hasard sur le vieux cahier de recettes de sa mère. En se plongeant dans ce carnet, elle se découvre une nouvelle passion pour la cuisine qui pourrait bien l’aider à se réconcilier avec sa famille et son île natale. Emportée par son élan gourmand, Flora décide de rénover une boutique sur le port dans l’espoir d’y ouvrir un restaurant éphémère…

Premières Lignes

« Si vous aviez déjà pris l’avion pour Londres-au départ, j’avais écris: « Vous savez, quand vous prenez l’avion pour Londres ». Et puis je me suis dit, bon, c’est peut-être un peu présomptueux quand même, du genre, salut, c’est moi, je passe ma vie dans les avions, alors qu’en réalité j’achète toujours des vols au rabais. Du coup, il faut que je me lève à quatre heures du mat’et je ne ferme pas l’œil de la nuit, de peur de ne pas entendre mon réveil. Et puis je me rends à l’aéroport à une heure insensée, où je m’imbibe de café hors de prix, ce qui finit par revenir plus cher que si j’avais réservé ce vol à une heure descente dès le début… Mais passons. « 

Et vous, Premières Lignes, vous participez?

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

10 commentaires sur “Premières Lignes #40

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge