Premières Lignes #41

Premières lignes

C’est un nouveau rendez-vous sur le blog le dimanche. C’est un principe me plait bien. Et je sais que c’est quelque chose que je vais continuer. Souvent dès les premières lignes on sait si on va être dans l’histoire ou non. La semaine dernière il n’y a pas eu de Premières Lignes suite à ma panne de lecture, je n’avais pas commencer de romans. Retrouvez celui de la semaine dernière ici. ( enfin c’est celui d’il y a 15 jours. J’ai oublié la semaine passée!)

Premières lignes c’est quoi?

Premières lignes est un rendez-vous initié par Ma lecturothèque. Et le principe est simple, tous les dimanches, je vais vous citez les premières lignes d’un ouvrage. J’aime beaucoup le principe de donner les Premières Lignes d’un roman. Pour se donner une idée du roman qu’on va lire ou que l’on est en train de lire.

Pour ce quarante et unième rendez-vous de Premières Lignes, je vous présente le roman que j’ai commencé ce matin et que je reprendrais dans l’après midi. Il s’agit du nouveau roman de Carène Ponte gros sur le cœur. Il sortira le 15 novembre prochain chez Michel Lafon Poche.

C’est l’histoire d’une adolescente sans doute un peu trop ronde, sans doute un peu trop fragile. 
C’est l’histoire d’un nouveau lycée, des yeux qui dévisagent, des yeux qui jugent. 
C’est l’histoire d’un professeur d’allemand qui séduit. 
Mélissa, 17 ans, suit ses parents dans une nouvelle ville, un nouveau lycée. 
Année de terminale sur la corde raide. Année charnière entre dégoût de soi, et renaissance

 

 

Premières Lignes

« – Tu crois qu’on sera toujours amies? Une fois que j’aurai déménagé? 

J’ai posé la question comme ça, dans un souffle. Cela fait des jours que j’essaie de ne pas y penser, en vain. Plus le temps passe, plus le moment de mon départ approche. Et avec lui l’angoisse monte. Camille et moi sommes assises, sans doute pour la dernière fois, sur notre banc de pierre au bord du canal. Notre poste d’observation. Pour observer qui? Je me le demande, puisque comme d’habitude il n’y a personne. L’été n’est pas terminé, mais pour moi, c’est tout comme. C’est ma dernière journée ici. Demain, je serai dans la voiture, direction nulle part. Un endroit auquel je ne veux pas penser et qu’on m’impose. Devoir suivre ses parents, encore et toujours, on n’a pas le choix quand on est adolescente. »

Et vous, Premières Lignes, vous participez?

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Un commentaire sur “Premières Lignes #41

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge