Mon panier lecture #16

Hello mes lecteurs

Je vous retrouve avec un nouveau mon panier lecture. Comme vous le savez c’est un format de chroniques que j’aime beaucoup. J’ai pris du retard dans mes chroniques bien que les romans aient été lu depuis quelques temps. Et du coup mon panier lecture est le moyen parfait pour regrouper mes chroniques. Alors oui je choisis cette version que je la trouve bien et pratique. Mon panier lecture précédent est ici. Cette fois ci je vais vous parler de 3 romans différents mais tout aussi agréable à lire. Merci Elise pour I Rachel et In Flames et merci Claire pour Le monde de Christina.

Mon panier lecture du jour

IRachel, Cass Hunter, JC Lattès

Rachel est une ingénieure surdouée et Aidan un mari aimant et compréhensif. Hélas, à la mort prématurée de Rachel, Aidan doit faire front pour continuer à élever seul leur fille unique.
Mais Rachel a laissé derrière elle le projet de sa vie, un cadeau d’amour pour leur permettre de continuer à se voir même après sa mort.
Un cadeau nommé iRachel.
iRachel est une histoire émouvante sur l’amour, la perte, la nostalgie et l’appartenance.

 

 

Un ptit mot

Rachel est une ingénieure surdouée employée par Telos, une entreprise de recherche avancée en robotique. Elle travaille notamment sur la notion d’intelligence artificielle.
Son mari Aidan est aimant et compréhensif.
Ils ont une fille de 15 ans : Chloé.
Leur petite vie bien rodée va subir un énorme changement… le décès de Rachel. Elle se doutait qu’un jour la génétique la rattraperait, elle avait prévu qu’elle risquait de mourir prématurément et elle leur a préparé une énorme surprise… I Rachel, un robot lui ressemblant étrangement ! Elle a prévue de le faire rentrer dans sa maison pour quelques temps.. sans prévoir la réaction de sa famille.. ni du robot…

L’histoire est somme toute assez simple mais vraiment bien conçue. C’est plutôt crédible et tout à fait dans l’air du temps. Cass Hunter  nous propose un roman plein de surprise, de sentiments et d’une dose psychologie. Un roman amusant parce qu’I Rachel a une analyse « robotique » des émotions. Elle n’a pas de sentiments à proprement parler et elle décode les émotions des autres à sa manière du coup elle a une façon de parler parfois brut de décoffrage qui m’a beaucoup amusée.

Une lecture qui ne vous laisse pas indifférent, j’avoue avoir versé quelques larmes, mais aussi avoir souri et trouver du réconfort dans certains passages. C’est un livre qui m’a vraiment beaucoup plu, je ne m’attendais pas être aussi prise par ce que je lisais et à me sentir aussi chamboulée. On est complètement happé par le récit dès les premières pages, ce roman choral, avec la diversité de tous les personnages aborde des thèmes variés et va au bout des choses, c’est tout simplement passionnant.
Chaque sujet est ainsi traité de manière tantôt sérieuse, tantôt légère mais toujours au plus juste.

Le monde de Christina, Christina Baker Kline, Belfond

Après l’immense succès du Train des orphelins, Christina Baker Kline recrée l’histoire de l’une des muses les plus célèbres, et les plus mystérieuses, de la peinture américaine du XX e siècle. Un roman fascinant et plein de tendresse sur l’amitié, le regard de l’autre et la force de l’art.Du monde, Christina Olson n’a rien vu. Paralysée depuis l’enfance, elle vit recluse dans la ferme familiale, perchée sur une falaise du Maine. Sa seule ouverture sur l’extérieur : une pièce remplie de coquillages et de trésors rapportés des mers du Sud par ses ancêtres, farouches marins épris d’aventures, et dont les histoires nourrissent ses rêves d’ailleurs. L’arrivée de nouveaux voisins, la pétillante Betsy et son fiancé, le jeune peintre Andrew Wyeth, va bouleverser le quotidien de cette femme solitaire.

Alors qu’une amitié naît entre elle et le couple, Christina s’interroge : pourra-t-elle jamais accéder à la demande d’Andrew de devenir son modèle ? Comment accepter de voir son corps brisé devenir l’objet d’étude d’un artiste, d’un homme ? L’art est le reflet de l’âme. Et sur la toile, Christina redoute de voir apparaître ses failles, et celle qu’elle aurait tant désiré être…

Un ptit mot

Christina Olson vit dans une ferme du Maine et malgré une maladie invalidante qui peu à peu l’a privée de son autonomie motrice elle continue à se battre jour après jour . Bravant le regard des autres, elle continue à avancer. Sa vie n’a pas été vous l’imaginez sans aucun doute un long fleuve tranquille mais elle fait face. L’arrivée de nouveaux voisins, va bouleverser le quotidien de cette femme solitaire.

C’est un texte fort, vibrant de sensations. J’ai été touchée par cette sensibilité à fleur de peau qu’évoque cette histoire. Un beau portrait de femme forte et fragile. Une magnifique parenthèse où l’histoire et l’art se complètent parfaitement avec une petite touche d’imagination romanesque. Je ne connais pas grand chose à l’art, je l’avoue, et le nom de Andrew Wyeth ne me disait rien du tout. Je suis donc aller voir ce qu’il a peint, par curiosité.

J’ai donc découvert un artiste, sa muse, et une très jolie histoire. Tout m’a plu dans ce roman, que ce soit les personnages, l’histoire, la façon de l’auteure de la traiter. En débutant son récit par la rencontre entre Christina et Andrew, l’auteure remonte lentement le fil de l’histoire de cette femme à la vie simple et douloureuse. Elle y décrit avec détails l’évolution de cette enfant devenue femme, au courage et à la détermination sans failles, mais aussi la vie campagnarde et ses rituels.

Le monde de Christina est une oeuvre de fiction basée sur des personnages et des faits historiques ayant réellement existés. J’ai eu beaucoup de plaisir à le lire car c’est un roman instructif, très poignant par moment qui a suscité beaucoup d’émotions en moi. Lecteurs et lectrices si vous aimez les romans des sœurs Brontë et ceux de Thomas Hardy n’hésitez pas une seconde, lisez celui-ci, il est de la même veine.

 

In Flames, Abbi Glines, Collection &Moi

 Égoïste, peste, capricieuse  : la réputation de Nan n’est plus à faire.Mais sous ces dehors se dissimule un immense besoin d’amour. Et même si elle passe  du bon temps avec Major, elle commence à en avoir assez de ses manières frivoles. Surtout depuis qu’elle a rencontré le mystérieux Gannon.Entre Major qui lui réclame une seconde chance et Gannon qui hante ses rêves, Nan doit faire un choix.  Ce qu’elle ignore, c’est que tous deux sont impliqués dans des combines qui la dépassent, et de loin?

 

 

Un ptit mot

In Flames est le tome 14 de la série #Rosemarybeach. Pour ma part je n’ai pas lu toute la série. J’ai juste lu Best Kiss que j’avais adoré. Après avoir lu celui ci, j’ai clairement envie de découvrir les premiers tomes de la série. Cela ne m’a pas gêné dans ma lecture de ne pas avoir lu tous les tomes. La lecture se fait à deux voix, celles de Major et de Nan. Bien que rapidement un troisième personnage, Gannon alias Cope, entre en lice…

Dans In Flames, nous avons le point de vue de Nan et Major principalement et de temps en temps d’autres personnages.
Nan est amoureuse de Major mais celui-ci ne veut pas d’une relation exclusive. En allant à Vegas, Nan va tomber sur Gannon. Un homme charmant qui arrive de suite à percer les défenses de Nan. Major va devoir sortir l’artillerie lourde pour reconquérir Nan…

Nan est très loin d’être parfaite et elle en est bien consciente. Pourtant le fait qu’elle se livre pleinement à nous lecteurs et le fait de découvrir cette autre facette d’elle auprès de son adorable neveu changent complètement la donne. L’auteure a su avec merveille nous entraîner dans ce triangle amoureux. On a pu découvrir à quel point Nan était un être brisé. C’est une jeune femme à fleur de peau, entière, qui ne sait pas cacher ses émotions et ce qu’elle ressent. Elle semble détestable et pourtant !

Major va jouer de la faiblesse de Nan pour la faire sienne. Pour la rendre dépendante de lui mais quand elle va se réveiller, elle va plier bagage pour se rendre à Vegas où là-bas, elle fera la connaissance d’un Gannon qui va lui faire tourner la tête et bien plus encore. Il n’a rien en commun avec les hommes qu’elle a l’habitude de fréquenter…Il n’est pas superficiel, il est direct… et il dégage une dangerosité qui aurait dû la faire fuir si elle n’était pas tant attiré par lui…

La plume d’Abbi est égale à elle-même magique. C’est une magicienne des mots, des émotions, des sentiments. Elle sait manier les mots et la plume comme personne. J’ai adoré cette histoire d’un bout à l’autre. C’était un réel bonheur de revoir les couples des tomes précédent. Ce qui me conforte qu’il faut que je lise les premiers volumes. L’histoire est surprenante et prenante ! La série de Rosemary Beach place ses personnages dans une vie de rêve où l’amour triomphe toujours.

Et voilà pour mon panier lecture. Je vous conseille ces romans, tous différents mais qui vous font tous passer un très bon moment lecture.

 

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Un commentaire sur “Mon panier lecture #16

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge