Là où chantent les écrevisses, Delia Owens

Résumé là où chantent les écrevisses

Pendant des années, les rumeurs les plus folles ont couru sur « la Fille des marais » de Barkley Cove, une petite ville de Caroline du Nord. Pourtant, Kya n’est pas cette fille sauvage et analphabète que tous imaginent et craignent.
A l’âge de dix ans, abandonnée par sa famille, elle doit apprendre à survivre seule dans le marais, devenu pour elle un refuge naturel et une protection. Sa rencontre avec Tate, un jeune homme doux et cultivé qui lui apprend à lire et à écrire. Lui fait découvrir la science et la poésie, transforme la jeune fille à jamais. Mais Tate, appelé par ses études, l’abandonne à son tour. La solitude devient si pesante que Kya ne se méfie pas assez de celui qui va bientôt croiser son chemin et lui promettre une autre vie. Lorsque l’irréparable se produit, elle ne peut plus compter que sur elle-même…

Un ptit mot sur là où chantent les écrevisses

C’est un roman sorti aux éditions du Seuil. Un livre que j’ai vu passer je ne sais combien de fois sur les réseaux sociaux. Je n’ai donc pas pu résister et hop il s’est glissé dans mon sac lors d’un détour à la librairie ;-). J’ai lu ce roman cette semaine et je peux vous dire que je suis tout à fait d’accord avec les éloges que l’on a fait de lui. Une histoire merveilleuse. Kya, la fille des marais, la laissée pour compte, trahie, abandonnée par tous ceux qui lui sont chers! Direction le marais de Barkley Cove, en Caroline du Nord.

Là où chantent les écrevisses c’est l’histoire de Kya, de son vrai nom Catherine Danielle Clark. Elle est abandonnée dès l’âge de six ans, d’abord par Ma, sa mère, qu’elle espérera toujours voir revenir puis par Jodie, son plus jeune frère, ses autres frères et sœurs étant déjà partis… Elle va devoir supporter un père violent et alcoolique… Loin de la civilisation, au cœur du marais qui deviendra son seul refuge, elle devra apprendre vivre et survivre… Honnêtement on ne peut pas rester insensible face à l’histoire de cette fillette. C’est dans ses pas que nous allons découvrir la vie des marais.

Ce roman nous plonge nous plonge au cœur des années 50 et 60 et nous raconte, avec force et passion, la vie de Kya. Les chapitres sont courts ce qui donne du rythme à l’histoire. Et on alterne entre la jeunesse de Kya et les autres qui sont consacrés à l’enquête policière qui fait suite à la découverte d »un corps dans le marécage… Et cette découverte donne une tout autre dimension au roman.

Pas d’amis, pas de famille, peu de contacts avec l’extérieur du marais sauf pour quelques courses.Elle ne connaît que trois personnes. Tate, un jeune garçon qui lui apprend à lire. Jumping, un vieux noir à qui elle vend des moules pour survivre. Et la femme de Jumping, qui lui donne des vêtements.
Le reste du village la rejette.  Tate déborde d’affection pour elle et décide de l’apprivoiser peu à peu. Il lui apprendra à retrouver confiance en elle et en l’autre. Un lien fort se tissera entre ces deux-là. Kya est une enfant pleine d’espoir, déterminée, courageuse, dégourdie qui va réussir à apprendre à lire et à écrire grâce à lui. Elle fera face aux rumeurs, aux préjugés, aux regards de travers. Elle aura peur, elle tombera, maintes fois, mais elle se relèvera, toujours.

Un roman qui m’a passionnée de la première à la dernière page. Il a fait battre mon cœur, m’a émue. On vibre, on a peur pour Kya. Et on s’attache à cette héroïne qu’on ne veut plus quitter ce qui fait que l’on dévore littéralement le roman. Les descriptions de la vie du marais sont tellement imbriquées dans le récit qu’elles l’étoffent et prennent une part très importante dans l’histoire. On peut même dire que le marais est un personnage à part entière. La faune et la flore, riches en diversité, vivent en étroite harmonie.

« Un marais n’est pas un marécage. le marais, c’est un espace de lumière, où l’herbe pousse dans l’eau, et l’eau se déverse dans le ciel. Des ruisseaux paresseux charrient le disque du soleil jusqu’à la mer, et des échassiers s’en envolent avec une grâce inattendue – comme s’ils n’étaient pas faits pour rejoindre les airs – dans le vacarme d’un millier d’oies des neiges. »

Là où chantent les écrevisses est une très belle leçon de vie sur l’entraide et la tolérance. Et doublé d’un hymne à la nature. De plus Il aborde également des thèmes difficiles comme l’abandon et le racisme avec beaucoup de sensibilité et de justesse. Le destin hors norme de cette petite sauvageonne, abandonnée de tous m’a émue. La voir grandir, évoluer, devenir femme sous mes yeux m’a captivée. Un portrait de femme que je n’oublierai pas de sitôt !

Et pour conclure

Delia Owens nous offre un magnifique roman, émouvant, empreint d’humanité. En résumé là où chantent les écrevisses c’est une plongée dans la nature sauvage, une héroïne unique en son genre. Mais aussi un mystère policier et une romance sentimentale. Bref un  roman à lire de toute urgence!

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge