Quand coco bouquine #5

imageEn ce mois d’avril le bilan est assez mitigé côté lecture et beaucoup moins important que le bilan du mois de mars. Des petits soucis qui m’ont tracassé et du coup je n’avais pas trop la tête à la lecture. J’ai donc mis une priorité pour les livres pour le prix des lecteurs plus 2 autres livres dont un commencé en mars. Quoique déjà rien que pour la sélection j’avais 2 gros pavés de plus de 700 pages donc bon, pas trop le temps pour lire autre chose. Le souci par contre avec ces gros livres et c’est ce qui me faisais peur est de ne pas être accroché par l’histoire et c’est malheureusement ce qui est arrivé  avec un autant vous dire que les 700 pages vous les sentez passer et je n’avais qu’une envie changer de livre mais je me suis quand même accrochée. Je ne sais pas par contre si je le referais de me forcer à finir un livre… Du coup j’ai lu 5 livres ce mois ci DONT 1 qui a été un véritable coup de coeur. J’espère que le mois de mai sera bien meilleur.

1er livre: Elle&Lui de Marc Lévy

Comme j’avais fais un billet pour ce livre, je ne vais pas en refaire un, je vous laisse cliquer par ici et vous saurez tout sur ce que j’ai pensé de ce livre 🙂

2ème livre: L’enfant de l’étranger de Alan Hollinghurst

9782253020424-T

Résumé:

En 1913, George Sawle amène en week-end aux Deux Arpents, la maison familiale, un camarade de Cambridge, Cecil Valance. Cet aristocrate poète fait forte impression sur les Sawle, et notamment sur la jeune soeur de George, Daphné, éblouie par l’aisance et la liberté de ton de Cecil. Alors qu’il est l’amant de George, Cecil séduit Daphné et lui dédicace un poème, Deux Arpents.
A partir de ce point de départ, l’auteur développe l’histoire de ces deux familles en une grande fresque qui couvre presque un siècle, avec pour fils rouges le déclin de l’aristocratie et l’évolution de la société anglaise dans son approche de l’homosexualité, les deux se rejoignant dans le destin posthume de Cecil, mort en 1916, à 25 ans, sur les champs de bataille. Ses poèmes, notamment Deux Arpents, lui valent une grande popularité dans l’immédiat après-guerre. Cette gloire éphémère, sa mort précoce, sa romance avec Daphné, mais aussi le soupçon d’une homosexualité scandaleuse, aiguillonne la curiosité des biographes pour ce personnage qui semble sans cesse se dérober derrière le mur du discours officiel de ceux qui l’ont connu. Et le secret de Cecil disparaîtra, enfoui dans les ruines des grandes demeures désormais à l’abandon.

Ce que j’en ai pensé:

En ouvrant le colis je me suis oulala le gros pavé que je dois lire! et oui ce livre faisait partie de la sélection de avril pour le prix des lecteurs de livre de poche. Je crois que c’était une des premières fois où j’avais un si gros livre à lire, je me suis dit j’espère que l’histoire va me plaire parce que sinon la lecture va être longue. Et ce qui devait arriva je n’ai pas du tout réussi à me mettre dans cette histoire. Un manque de fluidité qui a rendue ma lecture compliquée. Je n’ai pas réussi à m’attacher aux personnages,même si le livre reste très bien écrit. Grandeur et décadence de l’aristocratie, évolution de la perception de l’homosexualité dans la société sont les deux sujets principaux de ce récit, deux sujets qui m’avaient l’air bien mais qui  m’ont déçu. Je lui mets la note de 4/10.

3ème livre: l’extraordinaire voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire ikéa de Romain Puertolas

Comme pour le livre de Marc Lévy j’ai fais un billet pour ce livre que vous pouvez retrouver par

4ème livre: l’empreinte de toute chose de Elizabeth Gilbert

9782253194347-TRésumé:

Alma Whittaker naît avec le XIXe siècle, à Philadelphie, d’un père anglais dont le talent de botaniste et la roublardise lui ont permis de faire fortune dans le commerce du quinquina, et d’une mère qui tient de sa famille de l’Hortus Botanicus d’Amsterdam une formidable érudition ainsi qu’une rigueur toute hollandaise.
À leurs côtés et au contact des éminents chercheurs qui gravitent autour d’eux, Alma acquiert une intelligence éclectique et la passion de la botanique. En grandissant, elle se passionne pour les mousses puis pour Ambrose Pike, illustrateur de génie. Comme elle, il cherche à percer les secrets du monde qui l’entoure mais, à la logique scientifique d’Alma, il préfère une pensée ésotérique ; un fossé qui les éloignera inexorablement mais poussera enfin Alma à partir à son tour à la découverte du vaste monde.
Alors que les terra incognita s’amenuisent de jour en jour, Alma explore les continents, la nature, la société dans laquelle elle vit et son propre corps – de l’infiniment grand à l’infiniment petit.
Des bas-fonds de Londres en passant par Philadelphie, Tahiti ou les cimes des Andes, Elizabeth Gilbert nous raconte le siècle kaléidoscopique qui voit jaillir l’esprit des Lumières. Sa plume est vive, insolente, savante et non dénuée de romantisme: à l’image de son héroïne.
Alma, dotée d’une soif d’apprendre sans pareille, explore ce monde, la nature, la société dans laquelle elle vit et son propre corps – de l’infiniment grand à l’infiniment petit. Ce roman est aussi un gigantesque herbier des types humains : la candide ingéniosité d’Alma, l’impétuosité de son père Henry, la froide sainteté de sa soeur Prudence, la douce folie d’Ambrose, la rigueur de sa confidente Hanneke de Groot, la frivolité fantaisiste de son amie Retta, la calme profondeur du révérend Welles…

Ce que j’en ai pensé:

Et hop voilà le 2ème gros pavé pour la sélection d’avril et hop 2ème fois où j’ai pris peur avec un livre. Pour tout vous dire ce n’est pas le genre de livre sur lequel je me serais arrêtée en librairie mais pour le coup je n’ai pas été déçue. Ce n’est pas un livre coup de coeur mais j’ai passé un bon moment lecture même. J’ai tourné les pages avec plaisir, curieuse de découvrir le destin de ces personnages tous attachants à leur manière. On voyage aussi dans ce roman en partant de l’Angleterre, passant par Tahiti ou encore l’Inde. Je lui mets la note de 7/10

5ème livre: Je peux très bien me passer de toi de Marie Vareille

J’ai eu la chance de découvrir ce livre en avant première car il ne sort officiellement en juin prochain. J’avais fais pour ce livre un billet que vous pouvez retrouver mon billet en cliquant ici. Ce livre a été un véritable coup de coeur, c’est le genre de livres que j’adore.

Voilà en ce qui concerne mon bilan du mois d’avril, j’espère vraiment que le mois de mai sera beaucoup plus riche côté coup de coeur 🙂

Et vous qu’avez vous lu en avril?

Rendez-vous sur Hellocoton !

3 commentaires sur “Quand coco bouquine #5

  1. Je suis toujours sur le meme bouquin depuis un moment. Il est la, il me regarde le soir mais je suis trop claquee pour me plonger dedans. En plus pour ne rien arranger je n’arrive pas a voir ou va l’histoire et du coup c’est dur d’accrocher. Mais je suis tenace, je n’aime pas abandonner un livre avant de connaitre la fin (on ne sait jamais, un denouement grandiose peut arriver) mais j’avoue que pour certains bouquin on a hate d’arriver a la fin pour passer au suivant.

    Tu as combien de livres a lire en tout pour le prix des lecteurs ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge