Premières Lignes #135

Premières Lignes

C’est un nouveau rendez-vous sur le blog le dimanche. Et pour une fois depuis quelques semaines je vais le publier dimanche  ;-). C’est un principe me plaît bien. Et je sais que c’est quelque chose que je vais continuer. Souvent dès le départ on sait si on va être dans  l’histoire ou non. Celui de la dernière fois est ici.

Premières Lignes est un rendez-vous initié par Ma lecturothèque. Et le principe est simple, tous les dimanches, je vais vous citez les premières lignes d’un ouvrage. J’aime beaucoup le principe de donner les premiers mots d’un roman. Pour se donner une idée du roman qu’on va lire ou que l’on est en train de lire.

Pour ce cent trente cinquième rendez-vous de Premières Lignes  je vous parle du roman que je suis en train de lire. Il s’agit de Africville de Jeffrey Colvin sorti chez Harper Collins.

Premières Lignes

« Le mal n’atteint jamais les nouveau-nés. La langue enflée, la gorge rougeâtre, la toux rêche: seuls en souffrent les bébés de plus de six mois. Le printemps venu, dans le village situé sur une partie de la péninsule en forme de phalange juste au nord de Halifax, les cinq nourrissons contaminés sont tous en proie à une fièvre galopante. 

Faute de résultats avec le lait sucré et le citron amer, les mères inquiètes administrent de l’huile de ricin mêlée de camphre, puis une infusion de racines de sassafras macérées avec du trèfle et de la cendre de de hêtre. En désespoir de cause, elles placent même quelques amulettes sous le matelas des lites où pleurent les enfants malades. 

Rien n’y fait.

Mi-avril, alors que trois autres bébés sont frappés du même mal, des infirmières sont officiellement dépêchées au village. Elles arborent un visage figé, avant même d’avoir examiné le moindre nouveau patient. Pourquoi nos enfants? clament plusieurs mères réunies dans la cour d’une maison. Halifax n’en a donc pas sacrifié assez dans l’incendie qui a rasé une centaine de pâtés de maisons quelques mois plus tôt, lorsque le bateau de munitions a explosé dans le port? Mais bon, ceux là , c’étaient des Blancs. Aucun enfant noir n’a été victime de l’explosion. « 

Vous aimerez aussi

5 commentaires

  1. […] Rose • Lady Butterfly & Co • Le monde enchanté de mes lectures • Cœur d’encre • Les tribulations de Coco • Vie quotidienne de Flaure • Ladiescolocblog • Selene raconte • La Pomme qui rougit • […]

  2. […] Rose • Lady Butterfly & Co • Le monde enchanté de mes lectures • Cœur d’encre • Les tribulations de Coco • Vie quotidienne de Flaure • Ladiescolocblog • Selene raconte • La Pomme qui rougit • […]

  3. […] Smell • Les livres de Rose • Le monde enchanté de mes lectures • Cœur d’encre • Les tribulations de Coco • Vie quotidienne de Flaure • Ladiescolocblog • Selene raconte • La Pomme qui rougit […]

  4. […] C’est un nouveau rendez-vous sur le blog le dimanche. Et pour une fois depuis quelques semaines je vais le publier dimanche  ;-). C’est un principe me plaît bien. Et je sais que c’est quelque chose que je vais continuer. Souvent dès le départ on sait si on va être dans  l’histoire ou non. Celui de la dernière fois est ici. […]

  5. […] Smell • Les livres de Rose • Le monde enchanté de mes lectures • Cœur d’encre • Les tribulations de Coco • Vie quotidienne de Flaure • Ladiescolocblog • Selene raconte • La Pomme qui rougit […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge