Mon panier lecture #2

Me revoilà pour un deuxième panier lecture. Cette fois ci avec 3 romans. J’ai pris en compte les remarques que j’ai eu. Je ne mettrais donc pas plus de 3 livres à chaque fois. J’espère une nouvelle fois que je vous donnerais envie de les découvrir. Je remercie Anne de livre de poche pour le dernier des nôtres, Caroline  de Robert Laffont pour tu seras ma beauté et Marilyne de City éditions pour l’envoi de des étoiles à l’infini. Une nouvelle fois je suis sortie de ma zone de confort avec tu seras ma beauté et le dernier des nôtres. Je vous avoue que je prends de plus en plus de plaisir à changer mes habitudes de lectures. Je pense que j’en ai besoin en fait.

Le dernier des nôtres: Adélaïde de Clermont-Tonnerre

téléchargement (2)«La première chose que je vis d’elle fut sa cheville, délicate, nerveuse, qu’enserrait la bride d’une sandale bleue…»
Manhattan, 1969 : un homme rencontre une femme.
Dresde, 1945 : sous un déluge de bombes, une mère agonise en accouchant d’un petit garçon.
Avec puissance et émotion, Adélaïde de Clermont-Tonnerre nous fait traverser ces continents et ces époques que tout oppose : des montagnes autrichiennes au désert de Los Alamos, des plaines glacées de Pologne aux fêtes newyorkaises, de la tragédie d’un monde finissant à l’énergie d’un monde naissant… Deux frères ennemis, deux femmes liées par une amitié indéfectible, deux jeunes gens emportés par un amour impossible sont les héros de ce roman tendu comme une tragédie, haletant comme une saga.
Vous ne dormirez plus avant de découvrir qui est vraiment «le dernier des nôtres».

Un ptit mot sur le livre:

Deux récits parallèles, deux époques, deux groupes de personnages mais un destin. Entre les atrocités nazis et la quête d’identité ou la soif de vengeance, un élément perdure, c’est celui de l’amour. A Manhattan, en 1969, Werner Zilch est en train de dîner avec Marcus son meilleur ami et associé, lorsqu’il voit passer une charmante jeune femme qui apparaît, pour lui le séducteur-né, comme étant LA Femme de Sa Vie. C’est elle, il en est certain. Dés lors, il la poursuit sans relâche, prêt à tout pour entamer avec elle une relation quelle quelle soit, quitte à mettre de mauvaise humeur Marcus qui a peur de le voir gâcher un rendez-vous vital pour eux deux…

C’est une très belle saga romanesque, un livre-fleuve, un roman-film dans lequel je me suis laissée emportée, lisant avec parcimonie pour ne pas quitter cette histoire envoûtante et ressentant de l’impatience à lire le dénouement. J’ai été happée par l’histoire de ce jeune homme qui cherche ses origines et les trouvera. le lecteur se retrouve en effet aussitôt impliqué dans l’histoire comme s’il était devenu un témoin important et qu’il se porte garant de la vérité jusqu’à ce quelle soit révélée. Deux époques et deux lieux s’entremêlent : Manhattan, 1969 et Dresde, février 1945. Dans ce roman grave et léger à la fois, l’auteur a su rendre terriblement attachants des personnages hauts en couleur, passionnés, à jamais meurtris, généreux et fous que l’on a hâte de retrouver. Les derniers chapitres, au cours desquels les révélations et les coups de théâtre vont se succéder, au cours desquels nos sentiments vont jouer aux montagnes russes, au cours desquels on craint d’être confronté au pire alors que l’on espère que le meilleur sont écrits par une plume virtuose. Les jurés du Grand-Prix de l’Académie française ne s’y sont pas trompés.

Tu seras ma beauté, Gwanaële Robert

41Uah9RUbqL._SX195_Lisa, une professeure de sport au physique parfait, ne perd pas de temps en grands discours. C’est une femme directe. Mais lorsqu’elle rencontre, lors d’un salon du livre, Philippe Mermoz, séduisant auteur à succès, elle pressent que sa seule beauté ne suffira pas. Elle demande à Irène, une collègue de français à l’apparence ordinaire, éprise de littérature, d’écrire à sa place quelques lettres destinées à le charmer. Irène accepte, se prend au jeu, et voilà que ses jours monotones, un peu tristes – un mari notaire, un enfant qu’elle n’arrive pas à avoir –, s’en trouvent profondément bouleversés. La correspondance s’intensifie, devient intime, se prolonge. Jusqu’à ce que Lisa, perdant patience, décide de retrouver l’écrivain pour une nuit… Irène sombre dans le désarroi. Peut-elle continuer à vivre comme avant ?

Un ptit mot sur le livre:

Dans son premier roman,  Gwenaële Robert revisite le Cyrano de Rostand. A travers l’histoire d’une correspondance, l’auteur rend un émouvant hommage à la littérature française, en particulier celle du dix-neuvième siècle.
je vous arrête tout de suite, n’y voyez pas une simple version féminine de la célèbre pièce de théâtre,  un copier coller, l’auteure imprime sa patte et laisse son talent s’exprimer et je vous le dis messieurs dames, du talent elle en a! De nos jours, Lisa, jeune et jolie professeur de sport n’a qu’une envie, se retrouver dans les bras de Philippe Mermoz, écrivain à succès qu’elle vient de rencontrer lors d’une séance de dédicaces. Celui-ci lui a glissé une adresse, sur un simple post-it, et il n’en faut pas plus à la charmante demoiselle pour envisager un avenir…torride. Pour obtenir ce qu’elle souhaite,  elle demande à son amie Irène, professeur de lettres,  de correspondre avec l’auteur. Irène se prend au jeu…

Un premier roman tout en délicatesse. Elle nous propose une réécriture de Cyrano de Bergerac qui est très réussi. J’avoue qu’il fallait oser. Je me suis attachée à Irène, sorte de Madame Bovary, que l’on sent tellement vulnérable. Gwenaëlle Robert la dépeint avec beaucoup de tendresse. Les mots sont simples et justes pour décrire les émois d’un cœur pur.J’ai pris énormément de plaisir à suivre le personnage d’Irène dans laquelle je me reconnaissais totalement. Personnage central, Irène devient la pierre angulaire de ce trio.L’auteur dresse un portrait précis de son héroïne, Irène. On suit ses tourments, ses errements et sa douleur. Quand on aime les lettres on ne peut qu’apprécier ce livre. Ce roman apparaît pour les deux principaux protagonistes comme l’histoire d’une délivrance, d’une renaissance.La fin est prévisible mais le charme du roman est ailleurs.
C’est un roman court, avec de vrai références littéraires.J’ai trouvé que le style employé s’accordait à merveille avec l’histoire de notre trio. Une déclaration d’amour aussi au style de la correspondance, que l’on ne voit plus.

Des étoiles à l’infini, Blanche Monah

des-etoiles-a-l-infini-948679-264-432 Après son premier roman « choc », Blanche Monah nous livre un deuxième opus tout en contraste.Rachel est une élève brillante, avec des rêves plein la tête. Son ambition dans la vie : conquérir les étoiles. Et elle est bien décidée à tout mettre en ?uvre pour y parvenir, à travailler un jour dans l’aérospatial.Dans ce but, elle intègre une classe prépa dans une Université toulousaine, prépa spécialisée pour les étudiants se destinant aux grandes écoles de l’Aerospace Valley. Au programme : du travail, du travail, et encore du travail. Cela ne la dérange pas. Toute sa vie est consacrée à la réalisation de son rêve ; pas de sortie, pas de distraction, pas de garçon. Elle ne vit et ne respire que pour l’Espace. Jusqu’à sa rencontre avec son nouveau tuteur, à l’Université. Il est beau, tatoué, piercé, et son allure de bad boy la fait totalement craquer. Mais pour Chris, Rachel n’est qu’une gentille gamine.Sauf que l’amitié peut se transformer en amour.Il n’y a pas qu’en fusée qu’on peut visiter les étoiles. Une romance sur un premier amour doux, tendre et passionné.

Un ptit mot sur le livre:

Rachel bientôt 18 ans, en prepa sur Toulouse pour entrer dans la meilleure école d’aérospatiale, et Chris, 21 ans, en master d’informatique, dont l’art corporel recouvre son corps.La rencontre de deux étudiants que tout oppose aux premiers abords. L’une est une élève appliquée, timide et innocente. Rachel. L’autre est un Bad Boy qui collectionne les aventures sans lendemain. Chris. Mais finalement ils ont beaucoup en commun. Leur passion pour l’aérospatiale. Des sentiments qu’ils découvrent pour la première fois en présence de l’autre qu’ils vont devoir gérer. Une amitié naissante qui va se transformer en quelque de plus fort. Et bien que ce lien qu’ils partagent, prenne de plus en plus d’ampleur, ils vont devoir faire face à certains obstacles. Jalousie, harcèlement, règlement de compte et les démons du passé.Rachel va sortir de son « cocon » et découvrir le monde sous un nouveau jour tandis que Chris lui va découvrir que le monde est beau quand on a des gens sur qui ont peut compté, des personnes qui nous chérissent.

Une intrigue qui est menée avec subtilité. Des émotions sincères et très réalistes qui sont magnifiquement retranscrits. Un ton à la fois rafraîchissant et délicat. Un rythme soutenu où on accroche dès le début et où on a du mal à lâcher. Les étoiles à l’infini est une romance attendrissante à point que je vous recommande de lire sans attendre !La force de ce roman se joue dans l’originalité de l’auteur qui nous offre des personnages bien opposés en apparences mais ils vont vite se trouver lier ensemble par une passion commune.C’est une belle romance, pleine de découvertes sur soi-même, sur la patience et la tendresse entre deux personnes. Un premier amour qui aide à prendre confiance en soi, et à s’épanouir.La narration est du point de vue de Chris et Rachel, se rajoute aussi celui de Sylvia, la maman de Rachel. le tome est divisé en 3 parties, qui consistent aux trois moments de leur histoire, leur amitié, leur flirte et l’acceptation de leur passion. Sacré développement autour de tout cela.Au lieu de jouer avec la simplicité, comme la jalousie ou la tromperie, l’auteure installe une intrigue plus profonde, comme l’abandon, la vulnérabilité ou les parents absents. Et l’histoire que nous pensions communes, prend une autre perspective.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Un commentaire sur “Mon panier lecture #2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge